Entreprises

Monter une entreprise sous le statut EURL

L’EURL ou entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée est une forme de société au même niveau que le SARL. Ce qui les différencie seulement, c’est que cette fois-ci, il n’y aura qu’un seul et unique associé.

Les intérêts de créer une EURL

L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée dispose de règles similaires à celles du SARL. Par contre, si pour pouvoir évoluer le SARL a besoin de 2 à 100 associés, l’EURL peut bien fonctionner avec un seul et unique associé. Ainsi, le chef de l’entreprise, qui peut être le gérant ou non, pourra choisir une forme juridique qui correspondra au mieux à ses ambitions, et ce, sur le long terme. Par ailleurs, avec des responsabilités limitées, ce dernier peut également fixer le capital social qu’il veut investir dans sa société. De ce fait, il bénéficiera d’un régime fiscal varié.

Les avantages que l’on peut bénéficier

Multiples bénéfices sont à prévoir lorsqu’on crée une entreprise sous le statut EURL. D’abord, le créateur sera tout à fait indépendant sans dépendre d’autres associés. En effet, il sera le seul et unique associé. Ainsi, il peut prendre des décisions par lui même. Toutefois, il dispose de responsabilités limitées au montant du capital instauré dans sa propre entreprise. Ensuite, de par son statut juridique, les banques, les fournisseurs, les clients et tous ses partenaires n’auront pas de soucis en ce qui concerne le capital social de l’EURL. Par ailleurs, au fur et à mesure où l’activité se développe, il est également possible d’intégrer des tiers dans le capital social. En outre, la création d’une EURL permet de ne libérer qu’une part du capital social seulement. Cependant, il faut faire attention à ne pas perdre le droit au bénéfice du taux allégé sur les impôts du revenu.

Les types d’apports acceptés en EURL

Avant de fonder une société à unique associé, il importe de connaître les types d’apports qu’il est possible d’investir. Dans ce statut, on en compte trois : les apports en numéraire, en nature et en industrie. Les premiers recommandent un versement des fonds par virement ou en espèce. Les seconds requièrent quant à eux, des biens corporels à l’instar des apports en numéraire. Enfin, les apports en industrie ne concernent pas la formation du capital social, mais plutôt à mettre des compétences ou des services à la disposition de l’entreprise.

Les étapes clés pour sa création

Les étapes suivantes sont à entreprendre dans l’optique de créer une entreprise sous le statut EURL. De prime abord, il importe de rédiger le projet sous un statut bien défini, et joindre un procès-verbal indiquant le gérant de la société. Il faut tout de même noter que ce dernier ne peut être qu’une personne physique tierce. Par la suite, le capital devra être consigné auprès d’un établissement financier, en présence d’un avocat ou d’un notaire. Dès lors l’attestation de dépôt capital reçu, il importe de signer l’ensemble des actes juridiques définitifs. Il y figurera quelques éléments : statut, procès-verbal, déclaration de non-condamnation, et l’état des actes accomplis. La prochaine étape consistera à faire une annonce légale auprès d’un journal officiel. Lorsque tous les documents sont rassemblés, il ne restera plus qu’à les déposer auprès du greffe du tribunal ou à la chambre des métiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *