Bien-être

Les astuces pour bien choisir l’oreiller ergonomique  

Selon les études menées, un tiers des Français déclarent souffrir de troubles du sommeil. D’ailleurs vous faites surement partie de celles et de ceux qui souffrent d’apnée du sommeil, de ronflement, de dysosmies, de troubles de l’endormissement, de cervicalgies, de mal de dos, d’insomnies notamment. Et si les symptômes différents en fonction du trouble, il n’en reste pas moins qu’il existe de nombreuses solutions pour dormir du sommeil du juste. S’il convient de vous rapprocher de votre médecin traitant qui saura vous orienter vers un traitement adapté, il n’en reste pas moins, que vous pouvez d’ores et déjà vous équiper pour rejoindre les bras de Morphée chaque nuit. En effet, pour bien dormir la nuit, il est important d’avoir une bonne literie – matelas et sommier – mais aussi et surtout d’avoir un oreiller ergonomique. Gros plan sur le compagnon(compagne) idéal(e) de vos nuits : l’oreiller ergonomique à mémoire de forme

L’oreiller ergonomique à mémoire de forme

L’oreiller ergonomique à mémoire de forme est un oreiller spécialement conçu pour épouser la forme de la tête et de la nuque. Cela permet alors d’assurer le confort et la qualité de votre sommeil. Il en existe de plusieurs formes. Vous pouvez alors opter pour des formes classiques – carré ou rectangulaire – ou encore en forme de vague. Dans ce cas, l’oreiller présente une partie plus haute et, est spécialement adapté pour combler le creux de la nuque lorsque vous dormez. En parallèle, il existe différents garnissages et dimensions, pour s’adapter au mieux aux envies, mais aussi à vos habitudes de sommeil. 

Les avantages de l’oreiller ergonomique

Si vous voulez acheter un nouvel oreiller ou changer le vôtre pour améliorer votre qualité de sommeil, l’oreiller ergonomique est à préconiser. Et pour cause, il permet de conserver une position naturelle durant le sommeil, il s’adapter à chaque utilisateur, bref il favorise le bien-être. Dès lors, si vous souffrez de maux de dos, de cou ou d’épaules, si vous recherchez le confort en dormant ou encore vous voulez contribuer à lutter contre les troubles du sommeil, mieux vaut donner de l’importance au choix de votre oreiller, mieux vaut opter pour cette catégorie d’oreiller en particulier. 

Les critères de choix

Le choix d’un oreiller ergonomique comme le choix de collants ne se fait pas au hasard. Il convient de prendre en compte ses habitudes de sommeil, mais aussi sa morphologie, le garnissage pour cela. Dans ce cas, il peut s’agir de mousse à mémoire de forme pour un maintient optimum des cervicales et de la nuque, d’un matériau high-tech qui absorbe la chaleur du corps, stimule la circulation sanguine pour une meilleure répartition des points de pression, de latex perforé pour une meilleure aération de la matière, de matériaux naturels à base de balles de millet ou d’épeautre notamment. En parallèle, l’oreiller peut intégrer dans sa conception d’autres avancées. Ce dernier peut en effet être enrichi en Aloe vera, ce qui favorise la relaxation, l’endormissement et qui est naturellement anti-inflammatoire et antibactérien. Il peut également être hypoallergénique, anti-transpirant, anti-acariens ou encore antibactériens pour veiller à votre confort et à votre santé. En parallèle, si vous dormez sur le dos, préférez un oreiller ferme. Si vous dormez sur le ventre, un oreiller moelleux sera à privilégier. Quant à l’oreiller médium, c’est un bon compromis dans la mesure où vous dormez sur le côté. Si vous êtes une personne aux épaules étroites préférerez un modèle fin, entre 8 et 9 centimètres d’épaisseur ; avec des épaules larges, mieux vaut opter pour un oreiller épais faisant 12 ou 13 centimètres d’épaisseur.

La durée de vie et l’entretien d’un oreiller

S’il est important de bien choisir son oreiller, il vous faut aussi prendre l’habitude de le changer régulièrement. En règle générale, la durée de vie d’un oreiller est de 2 ans. Cela permet de garantir un bon soutien au niveau des cervicales, de conserver son pouvoir gonflant, mais aussi d'assurer une hygiène parfaite. Bien entendu, dépendamment du garnissage et de type et de la qualité de la matière utilisée, ce délai peut être raccourci à 6 mois ou allongé à 10 ans. Pour savoir s’il vous faut le changer, faites le test. Pour cela, pliez-le en deux et posez-y une chaussure (en prenant soin de la mettre dans un sac en plastique pour des questions d’hygiène). S’il se déplie de lui-même, vous pouvez le conserver, dans le cas contraire, mettez-le au recyclage. 

L’entretien d’un oreiller

En parallèle, pensez à lui redonner de son gonflant. Pour cela, chaque matin au saut du lit, secouez-le et tapotez-le. N’oubliez pas de changer de taie d’oreiller, mais aussi de laver l’oreiller. Ce dernier contient des acariens, de la poussière, de la sueur, mais aussi du sébum, sans compter les nombreux germes que vous laissez lorsque vous êtes malades. Dans tous les cas, suivez les recommandations d’entretien du fabricant. Les oreillers synthétiques se lavent à 40 °C tous les deux mois sans passage au sèche-linge, les oreillers en duvet à 30 °C deux fois par an sans passage au sèche-linge et, pour les oreillers ergonomiques en latex ou en mousse le passage en machine est proscrit, mieux vaut toutes les semaines à minima nettoyer la housse et la taie d’oreiller. Autant d’astuces qui permettent de bien dormir, mais surtout d’éviter les erreurs que l’on fait en lavant son linge en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *